Productions

Burning Charlie – Pierre Lafontaine Quartet

Burning Charlie
SuSy
Teo
Dear Alberta

Dwarf   Steps                           Eluvium                                     Transat                                      Singing trees                                     St Jean                                        Jumps                                                                ​

Pierre Lafontaine (Ts, Fl) Manu Bonetti (Guit) Olivier Stalon (Elb) Jérôme Baudart (Drums)  Recorded November 2011 – Production : Michel Mainil Travers Emotion TRA 017 

Burning Charlie est le nom du premier album de Pierre Lafontaine, saxophoniste canadien au grand coeur, au grand talent et aux multiples ressources. 25 ans déjà qu’il a quitté son Montréal natal pour s’installer en Belgique, 2O ans de projets musicaux tournant principalement autour du jazz et surtout 25 ans d’amitié avec une des grandes pointures du jazz belge et qui a assumé également la production de cet opus: le saxophoniste Michel Mainil.

Au niveau des compositions, Pierre Lafontaine a décidé de laisser carte blanche à ses musiciens, aux excellents Olivier Stalon ( basse électrique) et à Manu Bonneti (guitare électrique) agréablement soutenu par les balais du batteur Jérôme Baudart. Un album frais, aisé à écouter et qui a été enregistré en prise directe au Palace de La Louvière. Des compositions fluides de jazz moderne, qui ne prennent pas la tête, et qui soulignent comme souvent en jazz cette harmonie, cette délicate symbiose entre la belle sonorité, ronde et chaude, jamais agressive, ni inaudible du saxophone de Pierre Lafontaine et de ses trois musiciens; pardon de ses trois amis. Burning Charlie est un «chouette» album, un premier enregistrement de classe ( pourquoi avoir attendu si longtemps?), sorte de patchwork de morceaux qui n’ont rien à envier au punch de leur maitre à tous Charlie Parker, et de douces ballades, sans oublier quelques pièces qui favorisaient vite le déhanchement.

Avec cette même constance retrouvée de la première à la dernière note: celle du désir de donner, de se faire aimer, et de susciter l’intérêt et l’enthousiasme du grand public à découvrir le jazz , cette fantastique musique qui devait être inscrite définitivement au panthéon des merveilles du monde. Un bon premier pas pour Pierre Lafontaine. Jamais d’ esbrouffe, rien que de la qualité! On vous l’avait dit: grand homme, grand coeur et grand talent ! Etienne Payen – Critique de Jazz